Capsule d’information 09 : Les pièges de l’ésotérisme

Pas – encore – de vidéo disponible pour cette capsule d’information

Thérapies complémentaires, médecine douce, alternative etc. sont réunies dans ces capsules sous l’intitulé générique Pratiques Non Conventionnelles (PNC), expression que j’utiliserai désormais.

L’ésotérisme aux multiples visages est présenté dans les capsules sur le vocabulaire et les caractéristiques associées. Je vous invite à les lire avant d’aller plus loin. L’ésotérisme possède évidemment son côté sombre et de certaines lectures que j’ai faites, j’y ai vu une belle brochette d’égos sans compter les bigots qui suivent aveuglément la parole du Maître. Ce sont des observations personnelles, mais je tenais à vous les présenter ici.

Egotérisme

De nombreux acteurs de l’ésotérisme ont un charisme important. Ils s’expriment avec beaucoup d’éloquence et savent séduire leur monde.

Qu’ils soient aventuriers, poètes, écrivains ou scientifiques, il suffit de quelques louanges, des applaudissements, un livre qui a marqué et voilà que la tête gonfle, les ailes commencent à pousser et ils se sentent investis d’une mission qui les amène à s’exprimer sur de nombreux sujets qu’ils soient historiques, politiques, économiques, écologiques, scientifiques….

Ce sont des puits de science, ils auront toujours quelque chose à dire de mieux que vous ne saviez pas. Je ne sais pas pour vous mais même en dehors de l’ésotérisme, je suis admiratif de ces personnes qui parviennent à s’exprimer sur tous les sujets d’actualité. On pensait les génies universels disparus, ça ne semble pas être le cas.

Dans l’ésotérisme, certaines personnalités revendiquent un savoir dont ils prétendent être les seuls dépositaires et grâce à eux, nous pouvons y avoir accès. Il y a toujours quelque chose à révéler, que personne n’avait jamais vu. Des titres comme La médiumnité dévoilée, La révolution de la médecine vibratoire sont monnaie courante. Les thérapeutes s’y mettent parce que, vous comprenez, ils sont vraiment inspirés et plein de bonnes intentions. Vous connaissez les Oracles de la Terre d’Ankaa ? Moi non plus. Des oracles nouveaux mais très anciens, j’en vois passer tous les jours. Quelle chance d’avoir accès à tout ce savoir grâce à ces belles âmes ! Voyons quelques exemples :

Dans son livre à succès L’Ère du Verseau, Paul Le Cour réunit toutes les connaissances ésotériques pour enfin révéler l’ère vers laquelle nous allons, celle du savoir universel :

“Comprenant alors toute la grandeur du problème qui englobait les traditions helléniques, judaïques et chrétiennes, ainsi que les données de l’astrologie religieuse, il me sembla que le moment était venu de réunir ces données en vue d’apporter, si possible, un peu de lumière au milieu des ténèbres dans lesquelles nous marchons et de remplacer l’inquiétude qui pèse sur le monde par une merveilleuse espérance”. (p. 20)

Merci Paul, tu ne proposes rien de moins que de sauver le monde. Par contre, en dehors de son livre, je dois avouer que la correspondance entre le flot de la connaissance universelle déversée par le signe du Verseau (ce n’est pas de l’eau contrairement à ce que la symbolique laisse imaginer) et la naissance d’Internet me laisse sans voix.

Un autre exemple avec Samuel Hahnemann, le médecin ayant posé les bases de l’homéopathie. Il fera un passage dans la loge maçonnique de St André des trois Lotus mais restera toujours très discret sur l’influence qu’a pu avoir sur lui la pensée ésotérique. Il a aussi été influencé par Mesmer et sa compréhension de l’élan vital, décliné chez lui en Dynamis. Enfin, il semble oublier qu’il n’était pas le seul à discuter des résultats de la science officielle. L’idée qu’un produit qui cause le mal peut aussi guérir de ce même mal était déjà théorisé par Empédocle, Hippocrate, Celse puis Paracelse (Goodrick-Clarke, p. 34). Et pourtant, voici ce qu’il dit en introduction de son Organon :

“Je me fais honneur d’avoir été le seul dans ces temps modernes à avoir entrepris une révision critique mais loyale de cet art [la thérapeutique], dont les conclusions ont été publiquement exposées dans des brochures et articles, soit anonymes soit signés. Au cours de ces recherches, j’ai découvert le chemin de la vérité, chemin que je pressentais devoir suivre seul et fort distant de la grande route foulée par le monde médical traditionnel”. (p.8).

Merci Sam, mais le mythe du seul contre tous est un peu épuré. Tu n’es pas seul, tout est lié souviens-toi.

Avec sa Dianétique, le romancier Ron Hubbard donnera naissance à l’Église de Scientologie. Sur leur site Internet on peut y lire ceci : “Car voici le livre décisif de L. Ron Hubbard présentant sa découverte du mental réactif, source de ce qui asservit l’Homme”.

Merci Ron, les 2000 ans de réflexions philosophiques passées ne valent rien face à ta découverte.

Faites confiance à Emmanuel Swedenborg. Avec ses Arcanes célestes, il dit en page 2 : “c’est pourquoi il m’est permis de manifester, par avance, qu’il m’a été accordé, par la Divine Miséricorde du Seigneur, d’être depuis quelques années continuellement et sans interruption dans la société des Esprits et des Anges, de les entendre parler et de parler pareillement avec eux ; qu’ainsi il m’a été donné d’entendre et de voir les choses surprenantes qui se passent dans l’autre vie, choses qui ne sont jamais venues ni à la connaissance ni à l’idée d’aucun homme”.

Merci Manu mais bon, t’es un peu en mode “crois-moi frérot” avec ton bouquin : Si je te le dis, c’est que c’est vrai, je l’ai vu, je l’ai vécu, tu dois me croire car je suis quelqu’un d’honnête. Le titre complet du livre en dit long : Arcanes célestes de l’écriture sainte ou parole du Seigneur dévoilés, ainsi que les merveilles qui ont été vues dans le monde des esprits et dans le ciel des anges.

C’est un peu comme Allan Kardec et Le Livre des Esprits : c’est à lui que revient la tâche de retranscrire ce qui a été révélé à différents médiums. C’est beau, c’est inspirant mais de là à dire que ces messages viennent d’un autre plan de réalité, c’est une autre histoire.

Un dernier exemple avec Joseph Smith qui prétend avoir reçu en 1823 la visite de l’ange Moroni pour lui inspirer Le Livre des Mormons qui donnera naissance à l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, populairement appelée Église des mormons.

Et encore un dernier pour la route : il y a ceux qui s’inventent une vie, comme Lobsang Rampa, né au Tibet et devenu le lama médecin à la lamaserie de Chakpori avant de parcourir le monde et d’abandonner son corps de naissance pour avoir recours au procédé de transmigration et continuer sa vie dans celui d’un Anglais.
Sauf que… tout est faux. Cyril Henry Hoskin est son vrai nom. Anglais, il est installateur d’équipements chirurgicaux, n’est jamais allé au Tibet ni en Inde mais a fait les beaux jours de la collection L’Aventure mystérieuse des éditions J’ai Lu.

Lisez ce livre

Les questions d’égo sont un véritable fléau dans l’ésotérisme alors que l’impersonnalité de l’auteur (je présente ce point dans cette capsule) éviterait ces dérives.

Comme je l’ai déjà évoqué, le sport principal consiste à se taper dessus : Papus critique les médiums et les francs-maçons. René Guénon déteste les spirites et les théosophes. Samuel Hahnemann voit d’un très mauvais œil ceux qui prétendent faire de l’homéopathie sans respecter à la lettre son enseignement (ce sera le début de la guerre entre homéopathie uniciste et complexiste). Pauwels estime que l’occultisme s’est fourvoyé dans l’erreur. Paul Carton voit des francs-maçons partout qui veulent lui voler son idée.

C’est là où l’ésotérisme a tendance à franchement m’énerver. Si vous y montrez un intérêt, vous tomberez forcément sur quelqu’un qui vous dira : “Lis ce livre. Tant que tu ne l’as pas lu, tu n’es pas digne de me parler. Et tu critiques pas”.

“Lis ce livre. Tu connais cet auteur ?” Combien de fois j’ai entendu ça. On vous dira que vous avez entre les mains le vrai livre qui synthétise enfin les anciennes philosophies et la science actuelle. Avec les pratiques de soins c’est la même chose : “Tu connais cette méthode ?”

Et si vous parcourez les différentes manifestations de l’ésotérisme (et les pratiques de soins), à chaque fois on vous dira que vous avez frappé à la bonne porte : ici nous avons réuni science et spiritualité, matière et esprit dans une harmonieuse synthèse. C’est la raison d’être des Franc-Maçons, des Rose-Croix, de la théosophie, de la philosophie spiritualiste d’Allan Kardec, de l’Anthroposophie de Rudolf Steiner, de la Fraternité Blanche Universelle d’Aïvanhov, de l’Église de Scientologie de Ron Hubbard…

Que fait l’alchimiste au chevet de son athanor ? Il cherche l’esprit dans la quintessence de la matière. Vous savez quel est le but d’un Franc-Maçon ? C’est de bâtir des ponts entre l’esprit et la matière. Vous voulez savoir quel est le but des Rose-Croix ? Ne cherchez pas trop loin, c’est le même que les franc-maçons. Mais avec les Rose-Croix c’est différent : eux ont vraiment établi la synthèse de toutes les connaissances. À moins que ce soient les francs-maçons. Ou les gnostiques. Pourquoi pas les cathares ? De toute façon, tout le monde sait que c’est le christianisme qui détient les clés de la connaissance universelle. Pardon, je voulais dire le judaïsme. Ah, on me dit dans l’oreillette que c’est l’islam. Et ça fait 2000 ans qu’on se tape dessus pour ça !

Un autre problème d’égo est le décalage entre la personnalité publique et la personne. Si la personnalité est visible, chaleureuse, charismatique, qu’en est-il de la personne, celle qui se brosse les dents devant son miroir le soir avant d’aller se coucher ? Que pense-t-elle de sa journée ? A-t-elle progressé, stagné, gagné, perdu, aidé, conquis, trompé, détruit ? Est-elle fière, satisfaite, impatiente, déçue, préoccupée ou angoissée ? Personne ne sait ce qu’elle ressent au fond d’elle-même et pourquoi elle fait ce qu’elle fait. Peut-être pour la gloire, la richesse, la sécurité ou, plus rare, la réalisation de soi.

Or, le but de la pensée ésotérique est justement cette harmonie du dedans avec celle du dehors, ce que certains représentants semblent ne pas avoir appliqué à eux-même. Des maîtres spirituels qui prônent l’ascétisme et qui s’en mettent plein les poches, on en a vu. Gurdjieff aime bien manger et ne crache pas sur la picole, comme Raspoutine d’ailleurs. Selon Riffard (p. 703), Paracelse prie peu et boit beaucoup. (Je ne sais pas comment il a pu arriver à cette conclusion, mais je n’ai pas pu m’empêcher de la mettre ici). Je ne sais pas si Aïvanhov était blindé de thunes mais en tout cas les habits qu’il porte sur les photos habituelles qu’on voit passer de lui valent plus cher que mon nouveau vélo à double suspension et freins à disques. Et puis il faut des sous pour voyager comme il l’a fait. Donner des conférences doit bien rapporter. Je devrais m’y mettre.

J’ai souvent eu cette désagréable impression que dès qu’on met un pied dans tel courant ésotérique, il faut accepter et valider tout ce qui s’y rapporte : tradition, théories, soins, pratiques.

On ne critique pas la parole du Maître. On la développe, complète, précise. Si tu critiques, tu es l’ennemi, le traître, l’aveugle, le sceptique borné. Tu es avec nous, ou contre nous. Il n’y a pas de demi-mesure.

Les premiers évangélistes étaient sûrement plein de bonnes intentions en voulant diffuser le message d’Amour du Christ. Lisons la Bible et vivons en paix les uns les autres. Marchons ensemble vers un monde meilleur. Par contre, si vous ne marchez pas avec eux, ils vous feront vivre un enfer.

Aujourd’hui les choses ont évoluées mais les personnes pas trop. Avec le développement d’Internet on observe l’émergence de Gourous 2.0 qui n’ont plus besoin de passer par le pénible processus d’édition ou de pèlerinage mais postent simplement des vidéos où ils se présentent comme dignes représentants d’un savoir perdu, occulté. Eux ils savent, il faut absolument regarder leurs vidéos avant qu’elles ne soient censurées car leur vérité dérange. Aujourd’hui les “secrets que les gouvernements ne veulent pas que vous voyiez” cumulent 28 millions de vues sur YouTube. On vit une époque formidable.

Rien n’arrive par hasard, il y a forcément un complot

J’avoue que le phénomène du complotisme m’est assez étranger. Je m’intéresse aux idées, moins aux personnes et aux groupes. Les “médecins”, les “scientifiques”, les “chercheurs”, les “savants” les “élites”, les “francs-maçons” sont des appellations trop générales pour en conclure quoi que ce soit.

Que les complots existent, ça ne fait aucun doute, mais à mon avis ils ne durent qu’un temps. Dans chaque groupe, des coalitions se créent, les ententes évoluent, une figure se détache, va provoquer des convoitises et des tensions qui vont se résoudre soit en implosion (le groupe se dissout), soit en restructuration et donc nouvelle dynamique, nouvelles coalitions etc. Aujourd’hui un groupe influent sera remplacé par un autre demain.

Les récits qui circulent au sujet de sociétés dont on ne sait même pas si elles existent vraiment ne m’intéressent pas, quand bien même des documents irréfutables sont brandis. Tout document possède sa part de subjectivité de par le contexte dans lequel il est produit. On en arrive à la question de l’interprétation et donc de l’herméneutique, domaine que je présente dans la capsule sur l’ésotérisme et la science. L’interprétation aura toujours sa place, même si on fait tout pour s’en débarrasser, avec l’espoir d’accéder à la très sainte objectivité.

Je préfère les documents qui sont officiellement faux : les mythes historiques. Leur interprétation a l’avantage d’être plus inspirante en amenant l’imagination à se développer et non à tourner en rond.

Donc, faute d’intérêt pour ce sujet, j’en suis resté à la conclusion que l’on trouve dans le roman Le Pendule de Foucault d’Umberto Eco qui vous plongera dans des centaines de clins d’œil à l’ésotérisme : les personnages sont à la quête d’un secret qu’ils ont eux-mêmes imaginé (pardon, j’aurai peut-être dû mettre un spoiler en début de paragraphe, non ?).

Plus intéressant est de réfléchir à la notion de hasard, mais le sujet demande des notions de physique et de mathématique qui me dépassent. Un aspect qui m’avait intéressé dans un cours sur les modèles mathématiques en sciences humaines que j’avais suivi à l’université est la théorie du chaos : la plupart des systèmes naturels étudiés par la météorologie, l’ingénierie ou la physique évoluent de manière imprévisibles, alors que les conditions initiales sont connues. L’illustration désormais bien connue est l’effet papillon, formulée par Edward Lorenz en 1972 : Le battement d’ailes d’un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas ?

Dans un sens, oui, tout est lié. En revanche, les liens ne sont pas forcément ceux que l’on croit, ce qui est résumé par l’adage “Corrélation n’est pas causalité” : deux événements en apparence liés ne signifie pas que l’un est la cause de l’autre. Nous en arrivons à la question de la causalité, notion qui dépasse le cadre de cette capsule mais que j’avais développée dans mon mémoire de licence en psychologie consacrée à la synchronicité que vous pouvez lire ici.

Secte

Dans la continuité de l’égotérisme que nous avons vu plus haut, il y a une tête au sommet du mouvement qui dicte sa loi. C’est le gourou, le maître, l’éveillé, le représentant, l’élu. Il est infaillible, au-delà de tout soupçon. Il est au-dessus des lois et croit pouvoir se passer des contraintes matérielles. Cette inflation de l’égo peut amener à la folie.

Les sectes ont existé de tout temps, avec une compréhension différente entre les cultures et les époques. Le sens classique du mot “secte” signifie une réunion de personnes autour d’une idée ou d’un dogme. C’est une pensée spirituelle qui se distingue d’une autre. On parle par exemple de la secte des esséniens. Comprenez : n’est pas en accord avec les Évangiles (alors que le bruit court comme quoi Jésus y aurait appartenu). Finalement, la secte, c’est toujours l’autre.

Dans le sens compris de nos jours, une secte n’est malheureusement révélée que lorsque des délits sont associés : escroquerie, abus de confiance, détournement de fonds, agressions sexuelles. A l’extrême, un évènement dramatique survient : c’est le cas de l’Ordre du Temple Solaire (OTS), révélé par le suicide collectif de ses membres. C’est la folie d’un seul homme, Joe Di Mambro, qui fut à l’œuvre. C’était lui le représentant, l’élu qui a mené les membres avec lui dans sa chute. Attribuer à l’ésotérisme la responsabilité d’un tel acte revient à considérer les jeux-vidéos comme responsables des AMOK, ces tueries de masses que l’on observe aux États-Unis. Pardon pour la comparaison maladroite, mais dans le fond le raisonnement me semble le même.

L’ésotérisme propose une vision philosophique de l’humain inséré dans le monde et l’Univers, si bien que son discours va impacter tous les domaines de la vie : art, éducation, alimentation, spiritualité, santé, morale. Un projet qui, vu de l’extérieur, peut être perçu comme sectaire par nature.

Or la réalité est un peu plus complexe. Karbovnik relève que le mot secte, en France, est presque systématiquement accolé à tout Nouveau Mouvement Religieux (NMR), ce qui est une particularité française. Pour comprendre comment évoluent les NMR, il se base sur la notion de cultic milieu, introduite en 1972 par Colin Campbell :

“Le cultic milieu peut être considéré comme un underground culturel de la société. Bien plus large, allant plus en profondeur et à l’ancrage plus historique que le mouvement contemporain connu sous le nom de “underground”, il inclut tous les systèmes de pensée dits déviants ainsi que les pratiques qui leur sont associées. Science peu conventionnelle, alien and heretical religion, médecine alternative, tous comportent des éléments dits underground. De plus, il inclut les collectivités, les institutions, les individus et les moyens de communication associés à de telles croyances. Il inclut principalement les mondes de l’occulte et de la magie, du spiritualisme et des phénomènes psychiques, du mysticisme et de la pensée nouvelle, des intelligences extraterrestres et des soins naturels” (p. 50).

C’est une véritable nébuleuse mystique-ésotérique (selon l’expression de Françoise Champion) qui constitue un immense marché dans lequel il a beaucoup d’argent à se faire. L’historien des religions Jean-François Mayer avait déjà formulé en 1999 l’expression “marché de la religiosité parallèle” et Gérald Bronner a par la suite amené la notion de “marché cognitif”.

Vendre un livre sur les révélations obtenues par l’archange Gabriel peut faire grincer des dents, ce que je peux comprendre. Mais ce n’est pas un délit. Et on est loin du mouvement sectaire, quand bien même la théorie qui fonde le bouquin ou le groupe est complètement perchée. La secte et la déviance se qualifient par les actes, pas par les croyances.

Campbell poursuit :
“Les comptes-rendus sociologiques du cult ont tendance à le décrire comme porté sur l’individuel et trop peu structuré, par opposition à la secte vue comme plutôt portée sur le collectif et à l’organisation cohésive. De plus, à l’inverse de la secte, le cult attend très peu de ses membres, est tolérant vis-à-vis des autres organisations et des autres fois, et ne tend pas à l’exclusivité” (p. 67).

Par conséquent, lorsque vous voyez les bons soldats autoproclamés défenseur de l’esprit critique qui font joyeusement rimer thérapies complémentaires avec dérives sectaires parce qu’un nouveau quidam a ouvert son petit cabinet de “médecine douce” : maintenant vous savez qu’il s’agit d’une démarche militante, donc partiale et partielle.

Ésotérisme et politique

Puisque l’ésotérisme touche tous les domaines, vous aurez en fonction de la sensibilité politique de votre interlocuteur la synthèse suivante de l’ésotérisme:

“C’est tous des gauchos”

Ou

“C’est tous des fachos”

Dans ce cas aussi, la réalité est un peu plus complexe, si bien que toutes les sensibilités politiques sont représentées, les extrêmes y compris.

Conclusion

Si la science ne veut pas de ces faits, l’ignorance les prendra. Cette citation de Victor Hugo (merci Mallory Clément !) est toujours d’actualité. L’ignorance se trouve autant du côté des charlatans qui disent n’importe quoi que du côté des défenseurs de l’esprit critique chez qui les domaines de la philosophie et de l’anthropologie sont absents. Vous me direz : dans la médecine intégrative non plus. C’est vrai. J’y reviendrai dans la capsule consacrée à l’ésotérisme pour soigner.

Prochaine capsule d’information : l’ésotérisme et la science.

Références

Goodrick-Clarke Clare (2004) Rationalist, Empiricist, or Naturphilosophie ? Samuel Hahnemann and his Legacy. Politica Hermetica, n° 18.

Hahnemann, Samuel (1952) Organon de l’Art de guérir, Vigot Frères Editeurs : Paris (1ère éd. 1810)

Karbovnik, Damien (2017) L’ésotérisme grand public : le Réalisme Fantastique et sa réception. Contribution à une sociologie de l’occulture. Université de Montpellier 3 : thèse de doctorat, Sociologie, sous la direction de Renard, Jean-Bruno.

Le Cour, Paul (1949) L’ère du Verseau, 3ème éd. Paris :Dervy.

Pauwels, L. & Bergier, J. (1960) Le Matin des Magiciens. Paris : Gallimard ; Collection Soleil.

Riffard, Pierre-A. (1990) L’ésotérisme. Paris : Robert Laffont ; Bouquins.

Swedenborg, Emmanuel (1841) Arcanes célestes de l’écriture sainte ou parole du Seigneur dévoilés, ainsi que les merveilles qui ont été vues dans le monde des esprits et dans le ciel des anges, Saint-Amand : Paris